Reviens de Samuel Benchetrit, éditions Grasset

Partager c'est aimer !

Je l’avais découvert avec Chroniques de l’Asphalte et Samuel me revient avec Reviens chez Grasset. Heureusement pour moi, je l’ai lu avant de découvrir les critiques des chroniqueurs du Masque et la Plume de France Inter, émission que je n’écoute plus mais que je lis uniquement sur internet. Je ne supportais plus leurs voix, leurs tons et leurs arrogances. Les lire c’est suffisant.

Suffisants, ce sont leurs commentaires.

Qui sont ces gens qui font la pluie et le beau temps dans le monde de l’édition ?

Du parisianisme, rien de plus. Ils ont le monopole de la connerie à mon goût. Ce livre, je l’ai aimé. Il m’a touché et fait rire à la fois. C’est décalé, un peu comme moi et c’est ce qui m’a plu. Je me suis un peu retrouvée dans ses vannes, dans le manque de son fils, dans son monde parfois surnaturel et dans son style tout simplement.

Je ne suis pas critique littéraire, encore moins blogueuse littéraire car je ne reçois pas de livres gratuitement pour en parler en bien, souvent le cas des blogueurs/blogueuses ou en mal, souvent le cas des critiques. Quand je pense que les uns et les autres ne dépensent pas un centime pour lire, voire pire qu’ils sont payés pour le faire et de surcroît payer pour dire ou écrire des immondices… ça me rend malade.

J’achète mes livres chez ma libraire préférée, dans mon hypermarché, sur Amazon ou les emprunte à la bibliothèque du village d’à-côté et j’en suis plutôt fière car je contribue à la rémunération d’artistes mais en ce qui concerne leur choix, je préfère me fier à ma bibliothécaire avisée, à mon sixième sens, à la lecture de quelques lignes ou à la quatrième de couverture plutôt qu’à ces gens. Alors, en simple lectrice, je vous conseille ce Reviens de Samuel Benchetrit qui m’a enchantée.

Retour en haut