Partager c'est aimer !

Puisque c’est la tradition, je n’y échappe pas et souhaite à celles et ceux qui voudront bien les lire tous mes bons vœux pour 2019.

 

Infos du jour 

  • Mon livre : 21, Elles et Moi est toujours en vente. Il suffit de me contacter : dumangevalerie@gmail.com ou 06 32 68 78 79

 

  • Je recherche toujours un emploi, à bon entendeur … car je ne peux pas vivre de ma micro entreprise ! !  Triste constat et dure réalité. Allez, faites un effort, un petit portrait ou un grand, pourquoi pas ? Ou une biographie, alors ?

 

  • J’en ai profité pour terminer mon nouveau livre. Cette fois-ci, j’ai fait dans la nouvelle !!   Je vais envoyer mes paquets tout prêts à des maisons d’édition en espérant être lue ! A défaut, j’irai me poser sur Amazon et vous préviendrai !

Extrait : Le sport

J’ai alterné course et marche ce matin, disons que j’ai intercalé trois minutes de course dans vingt minutes de marche. Vingt minutes de retour au sport. Ça fait mal, je ne ressens aucun plaisir, mais un certain calme dans la toute puissante commande centrale.

J’ai réussi à affronter la peur de sortir seule. Pas de musique dans les oreilles afin de rester sur mes gardes et écouter les sons environnants. J’ai sursauté lorsque j’ai entendu un bruissement dans le bois à ma droite. J’ai craqué et accéléré le pas au son d’un moteur… de tracteur au loin. J’ai tourné mon premier film d’horreur en une minute chrono : agressée, enlevée, violée et même sauvagement assassinée, incapable de finir mon sport.

C’est à ce moment précis que je me suis remise à courir. Je m’étais fixé le premier chemin à droite. Je n’ai pas cédé à la douleur, aux poumons prêts à exploser, à la gorge en feu… je ne me suis pas arrêtée, j’ai gravi « la colline » sous le soleil, la peur aux trousses.

Je suis rentrée tranquillement en passant par le village, l’air de rien, pourtant à bout de souffle. Plus de visions folles, fini d’être la victime d’une agression par un tracteur, par un migrant, caché dans un fourré, par un désaxé d’ici ou d’ailleurs, par un violeur en série, par un meurtrier en cavale… par ma tête en ébullition. Trop d’infos tuent le plaisir. Je ne regarderai plus ni n’écouterai les journaux télévisés.

Je vais m’acheter… un tapis de course.

Je pourrai suer avec de la musique dans les oreilles sans bouger de chez moi, en ayant cependant préalablement fermé toutes les portes et mis l’alarme.

Je pourrai monter ou descendre « la colline » en faisant du sur place.

Je pourrai rêver à un corps plus merveilleux.

Je gagnerai en volonté, en persévérance… je deviendrai « Wonder Woman ». Je ne casserai la figure à personne, ne renverserai pas de voiture, n’attraperai pas les méchants qui m’entourent au bout de mon lasso magique, mais j’aurai la force intérieure d’une battante, qui dans une journée multiplie les tâches professionnelles, domestiques et familiales, le tout dans une féminité à vous couper le souffle.

 

 

Retour en haut